[Archive Mohamed Merah] ① Transcription intégrale du contenu des deux vidéos – ② La DCRI téléphone à Merah 2 heures après la tuerie d’Ozar-Hatorah [Le Point.fr – Publié le 1o/o7/2o12]

article_HISTOIREIMMEDIATE-AffaireMerweb Mohamed Merah dans le documentaire « Affaire Merah, itinéraire d’un tueur » de Jean-Charles Doria FRANCE TÉLÉVISIONS/ JEAN-CHARLES DORIA

    mercredi 13 juin 2012   (Avant celle « officielle » publiée ici )

Mohamed Merah: Transcription intégrale du contenu des deux vidéos que détient Me. Zahia Mokhtari

 Pour la première fois après la mort de Mohamed Merah, son avocate M° Zahia  Mokhtari décide de rendre publique la transcription des deux  vidéos qu’elle dit détenir et qui relateraient selon elle les derniers moments de la vie du « présumé tueur de Toulouse ». De ces deux vidéos, on apprend que Mohamed Merah connaît des membres des services secrets français avec qui il a travaillé sans le savoir. On apprend aussi qu’il dit avoir été manipulé par un de ses amis du nom de Zouheïr, officier des services secrets. Enfin, dans ces vidéos, Mohamed Merah clame plusieurs fois son innocence. Voici donc, la transcription intégrale de ces vidéos:

Premier enregistrement:

Les conversations se déroulent entre Mohamed Merah -retranché dans son appartement- et  deux membres de la DCRI  qui le connaissent apparemment personnellement.

Mohamed Merah reçoit un appel:

 « Allo Mohamed, sors et rends- toi. Personne ne te fera de mal. Tu me connais bien.. tu sais que je tiens mes paroles.. »

Mohamed: « vas en enfer espèce de traître. Pourquoi vous me tuez maintenant sans raison. Je n’ai rien fait. Je n’ai tué personne. C’est toi qui m’as mis dans cette situation, je ne te pardonnerai jamais. »

L’appelant : « Mohamed, ça ne sert à rien de rester là-haut. Si tu ne m’écoutes pas, demain, je ne pourrais plus rien faire pour toi. Mon chef est en possession de ton dossier. Il a promis de t’aider jusqu’à la dernière minute. »

Mohamed: Comment veux-tu m’aider alors que c’est toi qui as tout préparé Capitaine Jossaïr. Je sais que tu ne t’appelles pas Zouheïr comme tu me le faisais croire. Tu es un traître.Tu as trahi ta religion et les tiens. »

L’appelant: « Rends-toi Mohamed. Je t’ai dit qu’on va t’aider autant qu’on peut. Tu comptes beaucoup pour nous. La preuve, je vais venir te voir si tu veux pour qu’on discute toi et moi en tête-à-tête. »

Mohamed: « Espèce de traître… ( et là on entend un échange de tirs en provenance à la fois de l’appartement et de l’extérieur . La communication est interrompue.)

Mohamed en train de se filmer en pleurant:  « il n’y a de force ni de puissance qu’avec Allah « . Je croyais que ce traître de Zouheïr était musulman et qu’il aimait l’Islam alors qu’il est officier dans les services secrets français, cet ennemi d’Allah, cet apostat… ( il pleure). »

Le silence s’installe. On voit Mohamed vêtu d’une sorte de djellabah et du sang coule de son épaule gauche..De temps en temps, il répète: « Il n’ y a de vraie divinité qu’Allah ». Qu’Allah vous détruise ( cette dernière phrase est répétée quatre fois)

Le téléphone re-sonne ( la sonnerie reprend une musique jihadiste). « Nous allons mener nos batailles contre eux de toutes nos forces… Et nous allons recouvrir tous nos droits. »

L’appelant : « Allô Mohamed..Écoute ce que je te dis, ce que tu fais met en danger ta vie et celle de ta famille ( ta mère et ton frère Abdelkader et les gens que tu aimes). Écoute-moi et fais-moi confiance, je ferai l’impossible pour trouver une solution à ce problème pour que tu redeviennes « propre », comme avant. Tout sera réglé. Rends-toi ou laisse-moi venir te chercher moi-même pour que personne ne te touche. T’es quelqu’un de raisonnable Mohamed, à quoi bon mourir comme ça et laisser ta mère qui a tant souffert pour toi? »

Mohamed: « Tu veux me liquider tout seul dans l’appartement pour après monter tout un film.. Tu ne me feras pas ça. Quant à ma mère et ceux que j’aime, que Dieu les protège. Mais toi tu n’es qu’un minable qui a vendu sa religion et qui s’est vendu aux Chrétiens haineux.. Et aujourd’hui, tu veux me tuer. Je suis innocent, je n’ai rien fait. Pourquoi voulez-me tuer. Je suis innocent.. Je suis innocent. »

La communication se passait avec Jossaïr ( l’orthographe du nom ou du prénom n’est pas sûre)

Mohamed: « Pourquoi tirez-vous avec des pistolets silencieux. Vous voulez me tuer. Vous ne voulez pas que je reste vivant. Pourquoi ça ? C’est contraire aux droits de l’homme.. »

L’appelant :  « En agissant ainsi, tu me compliques les choses, je risque de perdre la main, quelqu’un pourrait se saisir de cette affaire, nuire à toi et à ta famille. Ecoute ce que je te dis: rends-toi ou laisse-moi venir te récupérer et récupérer les armes. Ça sert à rien ce que tu fais. »

Mohamed : « C’est haram ce que t’as fait Zouheïr. Tu m’as envoyé en Irak, au Pakistan, en Syrie pour aider les musulmans, et à la fin je m’aperçois que tu es un criminel et officier des services secrets. Je ne pensais pas que tu étais comme ça.. »

L’appelant : « Mohamed, ce qui s’est passé est passé. Maintenant, je dois te sauver la vie et te sortir de cette affaire. Rends-toi ou laisse-moi venir te chercher, et récupérer les armes.. »

Mohamed: « Je ne sortirai d’ici que mort, ayant pour destinée le paradis, Allah Akbar… Tirs. »

La communication est interrompue..Tirs de rafales et de pistolets silencieux. Mohamed se filme en parlant: » Ne crois surtout pas que ceux qui sont tombés pour la Cause de Dieu soient mort. Ils sont, au contraire, bien vivants auprès de leur Seigneur qui les comble de ses faveurs »

  Deuxième enregistrement

L’appelant est Jean Daniel (ou John Daniel) des Renseignements français.

L’appelant : « Mohammed, rends-toi c’est Jean Daniel avec toi, des services secrets.Personne ne te fera de mal si tu sors de la maison et que tu déposes les armes. »

Mohammed : » Qui garantit ce que vous dites ? »

L’appelant : » Tu veux qu’on ramène ta mère pour parler avec elle ? Ta fiancée ? »

Mohammed : « Je ne veux voir personne, je ne veux pas l’entendre et je neveux entendre personne d’autre, vous voulez me mettre la pression enles ramenant. »

L’appelant : « Non, nous sommes des gens civilisés, tuconnais la France, nous ne  ferons de mal, ni à toi à ni ta famille,rends-toi, ce qui s’est passé va être réglé et tu ne seras paspoursuivi par la justice. »

Mohammed : « Qui me garantit ça ? »

L’appelant: « J’ai des ordres de mes supérieurs, personne ne te fera de mal etpersonne ne te poursuivra en justice, toute l’opération est arrangée pourtoi afin de te sortir de cette affaire…innocent. »

Mohammed : « Envoyez-moi une équipe de journalistes pour qu’ils filment ce qui se passe en direct. »

L’appelant : « Je vais voir ce que je peux faire. Mohammed, ne tire pas sur les deux personnes qui vont s’avancer vers la porte dans pas longtemps, ce sont deux journalistes. »

Mohammed : « Qui me dit  que ce sont des journaliste et pas des hommes à vous ? »

L’appelant : » Tu as notre parole qu’ils sont journalistes et ils vont transmettre tout ce que tu dis en direct. »

Mohammed : « Avant ça, je veux parler avec ma mère et mon frère Abdelkader. »

L’appelant : « Quand tu sors tu pourras leur parler de vive voix. Nouschangerons ton identité et ton adresse, tu vivras loin des projecteurset des problèmes. »

Mohammed : » Ils ne s’approchent de la porte qu’avec des caméra sur la tête. »

L’appelant : « D’accord. »

Mohammed : » Pourquoi les journalistes portent des vestes, n’ai-je pas exigé qu’ils viennent en tricot ? »

L’appelant : « Il fait froid, il ne peuvent pas enlever leurs vêtements. »

Mohammed : » Vous voulez me tuer, ce sont des policiers qui portent desgilets pare-balles…Dieu est Grand… »

Des coups de feu sont tirés, lebruit d’un tir d’un sniper…

Mohammed prend le téléphone et se filme en parlant :

« Vous musulmans, ne laissez pas les chrétiens vous tuer, je suis parDieu innocent, j’ai découvert que mon meilleur ami « Zouheïr » travaillepour les renseignements français, lui en qui j’avais le plusconfiance…Seigneur vers toi je me tourne, Seigneur, tue-moi dans tonsentier. »

« Zouheïr » m’a envoyé en Irak à Kirkouk et j’ai contacté les combattants, j’ai eu de bonnes relations avec eux. J’ai ensuite été enSyrie, à Alep, ensuite j’ai été à « Diar Bakr » dans le Kurdistan, ensuiteen Algérie à Boumerdès et à Tizi Ouzou… j’ai contacté des combattantset eu de bonnes relations avec eux…Ce traitre s’est servi de moi pour faire du mal aux musulmans combattants…que Dieu le maudisse, jene lui pardonnerai jamais…

« Peut être que ces mots que j’enregistre n’arriveront pas à ceux qui cherchent la vérité, peut être qu’ils me tueront et personne n’en entendra parler. Je ne sais pas cequ’ils me préparent pour qu’il m’accusent d’assassiner les gens, je suisinnocent, pourquoi ils veulent me tuer ? »

L’image devient noire (le téléphone tombe de sa main) et le Saint Coran retentit du téléphone, il (Merah) écoute le Chapite Al Anfal.

 Dernière conversation à la fin de l’enregistrement :

L’appelant : « Parlant en arabe… »Es’salamou alaykoum wa rahmatou’Allahwa barakatouhou » (Que la paix, la clémence et les bénédictions de Dieusoient sur toi) Mohammed, je suis le Sheikh Abou Is’haq « de Toulouse ».

Mohammed : « Wa alaykoum essalam wa rahmatou’Allah wa barakatouhou » « (Que la paix, la clémence et les bénédictions de Dieu soient égalementsur toi)..Dis-leur Cheikh qu’ils me fasse pas de mal, par Dieu je suisinnocent, je n’ai rien fait. Ce sont des chrétiens haineux qui veulent nous combattre et nous tuer. »

L’appelant : « Rends-toi mon fils, ils ne te feront pas de mal, le monde entier suit ton affaire, ils ne te trahiront pas. »

Après cela, des coups de feu sont entendus, on entend la récitation du Coran dans l’enregistrement jusqu’à sa fin.

 NB: C’est la traduction de la publication intégrale faite en arabe dans le journal algérien en ligne Echourouk. Nous ne faisons que reproduire en français ce qui a été écrit en arabe dans ce journal. Toutes les infos sont donc à prendre avec des pincettes. La justices tranchera dans cette affaire au regards des faits et des preuves.

 Source:

http://ahfir.blog.lemonde.fr/2012/06/13/transcription-integrale-des-videos-de-mohamed-merah/

http://blogs.mediapart.fr/blog/rachid-barbouch/130612/transcription-integrale-des-deux-videos-que-detient-m-zhia-mokhtari

                  Par  ET 
Les fadettes de Mohamed Merah ont parlé. Les factures détaillées de son numéro de portable apportent leurs lots de révélations. On y apprend que la DCRI a eu huit contacts téléphoniques avec le tueur de Toulouse et Montauban entre le 22 octobre 2011 et le 19 mars 2012, jour où le djihadiste a assassiné quatre personnes, dont trois enfants, à l’école confessionnelle Ozar-Hatorah à Toulouse.

Ce 19 mars 2012, alors que le terroriste venait de commettre ses crimes, il reçoit deux appels qui sont directement transférés sur son répondeur, l’un à 10 h 49, l’autre à 12 h 2, soit quelques heures seulement après l’effroyable tuerie. Les fonctionnaires l’avaient-ils déjà identifié comme suspect ? Si oui, pourquoi avoir attendu qu’il se retranche chez lui, deux jours plus tard, pour procéder à son interpellation ?

Certains policiers de la DCRI sont soupçonnés par la Justice d’avoir fait fuiter, à TF1, l’enregistrement audio des négociations entre Mohamed Merah et un agent local de la centrale du renseignement, laissant croire à une faute personnelle de ce fonctionnaire pour sauver l’institution. À la lecture des fadettes, le mystère demeure entier concernant les liens entre la DCRI et Mohamed Merah.

En contact avec un djihadiste condamné

Au sein de l’antenne locale du service de renseignement, si on confirme au vu des fadettes que c’est bien un agent local qui a été régulièrement en contact avec Mohamed Merah, les rapports écrits ont tous été envoyés au siège à Levallois. « Tous nos documents sont à la disposition des magistrats, ils peuvent venir les chercher. Nous n’avons aucune raison de croire que la direction de la DCRI traîne les pieds pour aider à la manifestation de la vérité. »

Par ailleurs, la surveillance téléphonique de Mohamed Merah aurait pu intriguer les fins limiers de la DCRI. Durant la période qui précède son premier crime, il passe ou reçoit une vingtaine de coups de fil par jour. Outre sa famille, il est en conversation régulière avec Sabri E., qu’il appelle – une soixantaine de fois – beaucoup plus souvent que sa mère. Sabri E., un Toulousain, a été arrêté en 2006 à la frontière entre la Syrie et l’Irak alors qu’il s’apprêtait à combattre l’armée américaine. Il a été condamné en 2009 pour sa participation à une entreprise terroriste et a effectué quatre ans de prison à Fleury-Mérogis.

En décembre 2011, un nouvel interlocuteur de Mohamed Merah apparaît. Il s’agit d’Olivier Philippe C., soupçonné d’avoir régulièrement aidé des salafistes toulousains à se rendre au Moyen-Orient. Placé en garde à vue à plusieurs reprises, il n’a jamais été poursuivi. Des salafistes radicaux au banditisme, Mohamed Merah n’était, semble-t-il, pas très regardant dans ses relations. En épluchant son relevé téléphonique, les policiers ont identifié plusieurs personnes connues pour trafic de stupéfiants, vols à main armée et/ou violences. Des contacts réguliers vivant dans le Sud-Ouest, mais également à Paris et en région parisienne.

Source : Le Point.fr

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Big Brother - Contrôle - Attentats/Terrorisme - Actu, Mondialisation - Actu -, Non classé, Politique - Actu -, Vidéos - Reportages - Docu, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s