Areva dans le déni sur l’impact des mines d’uranium :

Faso Z'actu - Afrique - Internationnal

En ouvrant Urêka, parc d’attraction à la gloire de l’uranium, Areva cherche-t-elle à éviter tout débat de fond sur le choix du nucléaire et ses conséquences pour les populations ? Partout où le groupe français développe ses activités minières, du Limousin au Grand Nord canadien en passant par le Niger et le désert de Gobi, on retrouve pourtant les mêmes questions et les mêmes inquiétudes sanitaires et environnementales. Pour les Amis de la Terre, en « réécrivant en vert l’histoire de l’uranium », Areva cherche surtout à se dédouaner à bon compte de ses responsabilités présentes et futures. Ce qui lui vaut une nomination au prix Pinocchio 2013.

arton172-9a180

« Entrez dans l’aventure de l’uranium ! », invitent les dépliants d’Urêka, le « musée interactif de la mine » ouvert depuis l’été 2013 dans le Limousin, au cœur de l’ancienne zone minière. La dernière mine d’uranium de la région, propriété de la Cogema (ancêtre d’Areva) a fermé…

View original post 1 775 mots de plus

Publicités
Cet article a été publié dans Mondialisation - Actu -. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s