Corée du Nord: L’oncle et mentor du dirigeant Kim Jong-Un, limogé et des proches exécutés – De grands changements à venir après le chute du numéro 2 du régime ?

5425361

Séoul – L’oncle du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, éminence grise de son neveu, a été limogé et plusieurs de ses collaborateurs passés par les armes, a révélé mardi le renseignement sud-coréen, un événement majeur aux conséquences imprévisibles pour le régime.

7dgh54654d56df65fL’influent Jang Song-Thaek, 67 ans, a été démis de son poste de vice-président de la Commission de défense nationale, l’organe de décision le plus puissant du pays, a rapporté à la presse un député sud-coréen à l’issue d’une audition du Service national de renseignement (NSI) par un comité parlementaire. 

Jang « a été récemment écarté de son poste et deux de ses proches, Ri Yong-Ha et Jang Soo-Kil, exécutés en public à la mi-novembre », a précisé Jung Cheong-Rae. Selon un autre parlementaire, ils ont été exécutés pour « activités antiparti »

« Depuis (son limogeage), Jang Song-Thaek a disparu« , a par ailleurs indiqué Jung Cheong-Rae. 

Jang Song-Thaek a été pendant des décennies l’un des personnages clés du régime dirigé sans partage par trois générations de Kim depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il avait notamment épaulé son neveu lors de ses premiers pas à la tête du pays. 

Numéro deux du régime pour nombre d’experts, il était même, pour d’autres, le régent de Jong-Un, lequel, âgé d’à peine 30 ans, ne jouissait pas de l’expérience nécessaire à l’exercice du pouvoir dans un Etat reclus, sans cesse aux abois. 

Yang Moo-Jin, professeur à l’université des études nord-coréennes à Séoul, évoque dans la mise à l’écart de Jang Song-Thaek « le plus important fait politique en Corée du Nord depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un« . 

« Jang a joué un rôle crucial en aidant Kim Jong-Un à asseoir son pouvoir après la mort de son père, en lui servant de mentor« , souligne-t-il. 

Kim Jong-Un a succédé à son père Kim Jong-Il à la mort de ce dernier en décembre 2011 des suites d’une crise cardiaque. Kim Jong-Il présidait lui-même aux destinées de la Corée communiste depuis le décès en 1994 de son père Kim il-Sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en 1948. 

Un modéré partisan de réformes économiques 

Probablement victime d’une première purge dans les années 1970, Jang était tombé en disgrâce en 2004 sous l’accusation de corruption, habituelle dans les jeux de pouvoir en Corée du Nord. 

Envoyé en « rééducation » comme aciériste, il avait été réhabilité l’année suivante et promu en 2007 à la direction de l’administration au Parti des Travailleurs, ce qui lui donnait la haute main sur la police et la justice. 

Il avait considérablement étendu son influence après l’attaque cérébrale de Kim Jong-Il en 2008, puis à sa mort trois ans plus tard. 

Mais Jang était également présenté à l’étranger comme un modéré, voire un réformateur, à tout le moins au plan économique. L’interminable confrontation entre Pyongyang d’un côté, Séoul et ses alliés de l’autre, autour du programme nucléaire nord-coréen ont pu jouer un rôle dans sa mise au ban, avancent les spécialistes. 

« Jang a visité la Corée du Sud où il a pu se faire une idée de la société capitaliste, et il a aussi assisté aux changements survenus en Chine« , relève Kim Yong-Hyun, de l’université Dongguk à Séoul. 

« C’était la personnalité la plus encline à militer agressivement pour la mise en place de réformes et l’ouverture du régime nord-coréen« . 

Jang pourrait avoir perdu son bras-de-fer avec Choe Ryong-Hae, haut gradé et directeur du « politburo » de l’Armée populaire du Corée que Kim Jong-Un avait récemment chargé de le représenter à Pékin. 

Les experts interrogés par l’AFP étaient très partagés sur le fait de savoir si l’éloignement de Jang, auquel Kim Jong-Un pourrait avoir été contraint, affaiblira ou renforcera son pouvoir personnel. 

Pour Cheong Seong-Chang, de l’institut Sejong, « Kim Jong-Un a une prise très forte sur le pouvoir » après l’éviction de son oncle qui avait dû former avec ses comparses exécutés « un clan politique à part entière« , synonyme de menace pour le jeune Kim. 

L’épouse de Jang Song-Thaek et soeur de Kim Jong-Il, Kim Kyong-Hui, 67 ans, est elle aussi un personnage central du régime depuis 40 ans. En septembre 2010, elle avait été élevée au grade de général quatre étoiles, en même temps que Kim Jong-Un. 

Des rumeurs la disaient l’an dernier en très mauvaise santé.

Par Guylain Gustave Moke
WordPress/AFP
Source : Guylainmoke’s Blog

sud-coree -seoul_4541368

(FOCUS) La chute de l’oncle de Kim Jong-un pourrait apporter de grands changements en Corée du Nord

SEOUL, 03 déc. (Yonhap) — La chute vraisemblable de Jang Song-thaek, oncle de Kim Jong-un et vice-président de la Commission de défense nationale de Corée du Nord, pourrait apporter de grands changements au sein du régime nord-coréen et pourrait même être source d’un regain de tensions sur la péninsule coréenne, ont fait savoir ce mardi des experts et observateurs du pays communiste.

«Si l’oncle a été démis de ses fonctions et ses associés proches exécutés, c’est une indication claire que Jang a été défait dans une lutte de pouvoir acharnée», a déclaré Yang Moo-jin, professeur à l’Université des études nord-coréennes à Séoul. Yang pense qu’avec la chute de Jang, le pays pourrait connaître de petites et grandes luttes de pouvoir capables de menacer la stabilité du régime.

Cette opinion est partagée par Kim Yong-hyun, professeur en études nord-coréennes à l’Université Dongguk, selon qui le renvoi de Jang pourrait apporter des changements rapides au sein du pays. «Jang absent, la stabilité générale du régime nord-coréen diminuera», a dit Kim.

D’autres pensent qu’il y a de bonnes chances que le régime revienne sur certaines mesures de réforme, ou tout du moins qu’un ralentissement des politiques de réforme entreprises par Kim Jong-un ait lieu.

Un tel développement, selon les observateurs, n’augure rien de bon pour la région car une Corée du Nord instable a plus de chance de mener des provocations et d’aviver les tensions avec ses voisins pour tenter de détourner l’attention de ces problèmes internes. Aviver les tensions est aussi un moyen de fédérer le peuple autour de la direction politique.

Cela serait d’autant plus vrai si le vide créé est rempli par des radicaux. Jang est généralement perçu comme étant en faveur de la réforme économique et du changement en Corée du Nord. «A la vue des actions passées, le Nord pourrait renchérir et mener des actions agressives contre la Corée du Sud, ce qui ne fera qu’empirer des relations intercoréennes déjà tendues», a affirmé Yang.

Des responsables de la sécurité à Séoul ont dit surveiller attentivement un gain de pouvoir éventuel de l’armée en Corée du Nord. «Si Jang est tombé en faveur de l’armée, les tensions intercoréennes risquent de grimper», a déclaré une source anonyme du ministère de la Défense.

Kim Keun-sik, professeur à l’Université Kyungnam, pense que la chute de Jang ne changera pas de manière drastique les grandes politiques nord-coréennes. «L’objectif du Nord de poursuivre à la fois une croissance économique et le renforcement de sa capacité nucléaire ne changera pas», a dit le professeur, ajoutant qu’il est possible que le Nord adopte une attitude plus agressive que par le passé.

Kim a dit qu’un moyen de juger comment se comportera le Nord à l’avenir est d’observer le rôle joué par Choe Ryong-hae, directeur général du Bureau politique de l’Armée populaire et ministre des Forces armées populaires. Si Choe remplit le vide laissé par Jang, on pourra dire que l’armée a lutté pour et obtenu le pouvoir.

D’autres pensent cependant que même si Jang a été démis de ses fonctions et que ses confidents ont été exécutés, cela ne signifie pas nécessairement qu’il soit «complètement sorti du cadre politique». «Il a déjà été purgé par le passé, sous le père du leader actuel, et a cependant fait son retour, il pourrait donc se faire oublier pour le moment, attendant le moment opportun pour revenir», a déclaré Chang Yong-seok, chercheur à l’Institut pour la paix et les études sur l’unification de l’Université nationale de Séoul.
mathieu@yna.co.kr
(FIN)

Source : Yonhapnews.co.kr

Lien court pour cet article :
Corée du Nord: L’oncle et mentor du dirigeant Kim Jong-Un, limogé, des proches exécutés – Après la chute du numéro 2 du régime, de grands changements à venir ?
>>  http://wp.me/p2WU9O-i8

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Asie. Corée. Corée du Nord. Chine., Big Brother - Dictature, International, Justice, Les temps de la fin - Actu, Mondialisation - Actu -, Moyen-Orient, Orient..., Non classé, Politique - Actu -, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s